Accueil du site > Vie paroissiale > Homélies > Homélie de la Toussaint

Homélie de la Toussaint

mercredi 1er novembre 2017, par JMRoche

Toussaint 2017 – Ap 7,2-14 ; Ps 23 ; 1 Jn 3,1-3 ; Mat 5,1-12

Au fil de l’Ancien Testament il apparaît que le Seigneur est saint et que les humains ne peuvent le voir face à face car ils sont pécheurs. Mais autant les hommes évitent le Seigneur, autant il les recherche. Du coup, pour les protéger, Il prend soin de les rencontrer sans se montrer. Il vient par sa parole à l’homme et la femme dans le jardin. Il vient à Abraham de même par la parole mais aussi par des visions et par trois visiteurs. Il vient à Jacob dans un songe et dans un combat nocturne. Il vient à Moïse dans un buisson et une nuée. Il vient à Isaïe via des chérubins. Je pourrais encore ajouter bien des exemples.

Mais en quoi consiste la sainteté du Seigneur et en quoi consiste le péché des humains ? St Jean donne la définition de la sainteté de Dieu au v.8 du chapitre 4 de sa première épître : « Dieu est amour ». Jean reconnaît là Jésus comme fils de Dieu parce qu’il en partage sa nature qu’il définit comme « Agapé ». Ce mot grec a pour équivalent latin « charitas » et pour équivalent français « amour » si ce mot est défini à partir du parcours de Jésus. En ce cas, il s’agit d’un amour inconditionnel du Père et du Prochain, y compris si le premier semble vous avoir abandonné et si le second est votre bourreau. Amour plus fort que la mort parce qu’inconditionnel.

Si la sainteté est pareil amour, le péché est cette incapacité à aimer inconditionnellement qui tient à notre condition charnelle exposée au manque et à la mort. Mais cette impossibilité défie Dieu. En effet son amour ne peut-être inconditionnel et tout puissant qui si rien ne lui résiste pas même notre chair. Et nous reconnaissons la toute-puissance de l’amour de Dieu en Jésus Christ car en lui l’amour de Dieu s’impose à la chair. Selon les mots du psaume 23 il a gravi la montagne et s’est tenu en présence du Seigneur dans le lieu saint car il a gardé pur son cœur et innocentes ses mains et sans jamais livrer son âme aux idoles, c’est-à-dire sans jamais livrer son âme aux délires de la chair.

La victoire de l’amour sur la mort en Jésus révèle aussi ces victoires plus ou moins partielles mais bien réelles que les hommes et les femmes vivent depuis l’aube des temps. Car cet amour Divin qui s’accomplit totalement en Jésus Christ est à l’œuvre depuis le commencement et c’est sur lui que se fonde tout ce qui est. Ainsi avec Jésus préside au peuple de ceux qui cherchent le Seigneur, à ces 144 000 marqués du sceau de l’agneau, à ces foules qui convergent vers l’agneau, à tous ces enfants de Dieu habités par l’espérance de le voir face à face tel qu’il est !

Afin de les reconnaître en vos proches qui lave son vêtement dans le sang de l’agneau, prenez donc appui sur les béatitudes lancées par Jésus du haut de la montagne pour s’adresser à ses disciples et à la foule. Qui dans vos proches honore tant soit peu au moins l’une ou l’autre d’entre elles ? Qui incarne ainsi à la suite de Jésus l’amour de Dieu et participe sous vos yeux à sa victoire sur la mort ? Reconnaissez donc les saints et les saintes qui vous entourent et rendez grâce pour eux !

Amen.

SPIP | squelette | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0