Accueil du site > Vie paroissiale > Homélies > Homélie du 4ème dimanche du temps ordinaire

Homélie du 4ème dimanche du temps ordinaire

lundi 29 janvier 2018, par JMRoche

4ème dim ordi B 2017 2018 – Dt 18,15-20 ; Ps 94 ; 1 Co 7,32-35 ; Mc 1,21-28

En frappant les gens de la synagogue de Capharnaüm avec son enseignement, Jésus touche ces derniers non par le contenu de son enseignement mais par sa présence dont les composants nous sont donnés un peu avant dans ce même évangile. Lors de son baptême en son corps Jésus reçoit du Seigneur d’abord l’Esprit Saint puis une parole qui le désigne comme son fils et parfaite incarnation de son amour.

Cette expérience d’une chair aimante habitée par l’Esprit Saint est un choc si violent qu’elle suscite un rejet exprimé par cet homme avec un esprit impur . Celui-ci demande non pas « que nous veux-tu Jésus de Nazareth » mais « Qu’y-a-t-il de commun entre nous et toi Jésus de Nazareth ». Un corps animé par l’Esprit Saint et incarnant parfaitement l’amour n’a pas sa place dans cette synagogue. Mais Jésus ordonne à l’esprit impur de quitter l’homme ce qu’il fait non sans malmener ce dernier.

Cette expulsion effraie, questionne et étonne les témoins : Il commande aux esprits impurs qui lui obéissent. Mais que faut-il entendre par « esprit impur » ? Le mot que nous traduisons par « esprit » désigne le souffle. Appliqué à un corps, il désigne le souffle de la respiration qui anime le corps. L’esprit c’est le moteur du corps. Et parmi les moteurs possibles, il y a les esprits impurs. Celui présenté par l’Evangile considère que l’incarnation est une catastrophe. Que Dieu soit amour et qu’il prenne corps dans la chair est inadmissible et intolérable.

Paul pointe les difficultés propres à cette incarnation. Concilier la radicalité de cet amour tout en prenant place dans la société n’est pas si simple. Il prend exemple de la vie conjugale. Elle implique des obligations sociales fortes. Ce qui est un engagement libre et réciproque en deux baptisés s’épaulant pour vivre en fils de Dieu est aussi soumis à de nombreuses contraintes familiales, sociales, culturelles, financières et autres qui en font oublier la finalité. Les esprits impurs sont à chercher du côté de ces contraintes. Peu à peu elles dominent la vie conjugale et la détourne de sa finalité. Elles en deviennent le moteur.

Interrogeons-nous donc sur le poids de ces esprits impurs dans nos existences et demandons-nous si sous leurs influences nous ne rejetons-pas le Dieu d’amour qui vient à nous en Jésus Christ ?

Amen.

SPIP | squelette | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0