Accueil du site > Vie paroissiale > Homélies > Homélie du 5ème dimanche de Carême

Homélie du 5ème dimanche de Carême

dimanche 18 mars 2018, par JMRoche

5ème dim Carême 2018 : Jr 31,31-34 ; Ps 50 ; Hé 5,7-9 ; Jn 12,20-33

Par Jérémie, le Seigneur annonce une nouvelle alliance qu’il inscrira dans les cœurs de telle sorte que chacun le connaitra intimement. L’évangile de ce jour décrit comment.

Cet extrait de l’évangile selon St Jean se situe peu après l’entrée de Jésus à Jérusalem que nous fêtons le dimanche des Rameaux. Des grecs demandent à ses disciples de le voir. Et Jésus leur répond par ces mêmes disciples, donc sans se montrer, comment ils pourront le voir dans sa gloire c’est-à-dire en tant que Fils de l’homme.

Il commence par une parabole : Si le grain tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Nous apprenons ainsi que Jésus doit mourir pour porter du fruit et que c’est dans ces fruits que les grecs pourront le voir.

Jésus précise ensuite qu’en cette mort, la vie éternelle se substitue à cette autre vie définie par un pronom possessif. Jésus accédera donc à la vie éternelle par les fruits que sa mort produira car en cette mort il donnera sa vie et cessera ainsi de la posséder.

Jésus continue en expliquant que les fruits de sa mort, de sa vie donnée, seront ces serviteurs qui s’engageront à sa suite sur la voie qu’il est en train d’ouvrir. De leur service, on peut au moins dire qu’il consiste à donner sa vie par amour comme Jésus. Et Jésus laisse entendre que par ce service ils accéderont à leur tour à la dignité filiale puisque son Père les honorera.

Ceci dit, le passage du grain au fruit, de « sa » vie à la vie éternelle, cette glorification que nous appelons aussi résurrection, passe par la mort. Elle est bien une épreuve dont la perspective bouleverse profondément Jésus et à laquelle il lui faut consentir. Et à peine a-t-il exprimé ce consentement en demandant à son Père de glorifier son nom qu’il en obtient une réponse immédiate !

Cette voix divise les auditeurs entre ceux pour qui elle est un coup de tonnerre et ceux pour qui elle est celle d’un ange. Jésus explique alors que cette division met à bas le prince de monde, c’est-à-dire le principe autour duquel les auditeurs font masse. Cette voix nous fait donc entendre qu’aucun prince ou principe ne peut tenir devant celui qui consent à donner sa vie par amour et engage ainsi la dynamique de la résurrection. Voilà pourquoi, en sa mort Jésus ne peut qu’être élevé au-dessus du lot et devenir ainsi le centre de gravité de tous les hommes.

En cet extrait de l’évangile selon St Jean nous apprenons qu’il n’y a pas d’autres accès à Jésus ressuscité que ses disciples lorsqu’ils aiment comme lui. Nous apprenons aussi que Jésus prend toute sa dimension quand ses disciples incarnent l’amour qu’il leur donne. Nous apprenons enfin que cette dynamique de la résurrection fragmente toutes ces entreprises qui nous massifient.

Et l’épître aux Hébreux explique ce dynamitage par cette obéissance que l’on retrouve tant chez le Christ que chez ses disciples. Ce texte ne nous dit pas sur quoi porte cette obéissance mais je ne pense pas me tromper en disant qu’il s’agit du commandement de l’amour !

Puissiez-vous devenir les bons fruits de la résurrection de Jésus en honorant ce commandement ! Puissiez-vous en partager ainsi la dignité filiale ! Puissiez-vous accéder ainsi à la vie éternelle !

Amen.

SPIP | squelette | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0