Accueil du site > Vie paroissiale > Homélies > Homélie de la Sainte Trinité

Homélie de la Sainte Trinité

dimanche 27 mai 2018, par JMRoche

HOMELIE DE LA SAINTE TRINITE ANNEE B

La Trinité : foyer d’amour

Une seule nature divine, trois personnes égales et distinctes : tel est le mystère de la Très Sainte Trinité que nous célébrons ce dimanche. Loin d’être une simple spéculation théologique, la Sainte Trinité traduit parfaitement le Dieu des chrétiens qui est Amour. En cette fête, les fidèles sont appelés à approfondir la perception de la place que les personnes divines tiennent dans leur vie. En réalité, toute la liturgie de l’Eglise est centrée sur ce grand mystère, et toute la vie chrétienne en est pénétrée. Si au seuil de la vie, nous sommes consacrés à la Trinité par le baptême, au terme de notre vie par les obsèques chrétiennes, nous sommes confiés à la miséricorde infinie de la Trinité. Pas un sacrement, pas une prière, pas un regroupement de chrétiens, sans que soient invoqués le Père, le Fils et le Saint Esprit.

La révélation du mystère de la Trinité s’est faite progressivement dans l’histoire du salut. Ainsi, sans en parler explicitement, l’Ancien Testament en avait préparé le terrain. C’est dans le Nouveau Testament que notre Dieu unique est clairement présenté comme Père, Fils et Saint Esprit. L’Eglise des premiers siècles s’en est inspirée pour définir sa doctrine sur la Trinité. En effet, ces trois noms, nous les découvrons dès l’accomplissement du temps de salut, quand Dieu décide d’entrer dans le monde en passant par une jeune fille, Marie. Le Père s’adressant à elle la rassure que c’est l’Esprit Saint qui la couvrira de son ombre et que l’enfant qui naîtra d’elle sera appelé « Fils de Dieu » (Lc 1,32-35). A l’occasion du baptême de Jésus, nous sommes de nouveau en présence des trois noms se manifestant dans une symphonie radieuse ; après le baptême de Jésus, l’Esprit Saint descend sur lui sous forme d’une colombe et la voix du Père se fait entendre : « celui-ci est mon Fils bien aimé, qui a toute ma faveur » (Mt 3,16-17).

Trois noms, le Père, le Fils et le Saint Esprit, qui en fait nous font entrer dans l’intimité de ce que Dieu est en réalité : un foyer d’amour, source de bonheur et d’épanouissement, parce que dans ce foyer l’unité est parfaite et les différences sont respectées. Un foyer d’amour où chacun se donne librement et totalement sans s’appauvrir et permet à l’autre d’être pleinement lui-même sans se sentir agressé ou violé, bref un foyer d’amour où la richesse et le bien-être de l’un font la richesse et le bien-être de l’autre. Tel est le visage de Dieu de toute éternité que Jésus est venu nous faire connaître en même temps que son projet de nous intégrer dans ce foyer d’amour en qualité de fils adoptifs.

Si Dieu est Amour, il ne saurait être solitaire. Le mystère de la Trinité nous enseigne qu’il est possible d’être parfaitement unis et égaux en ayant des caractéristiques ou des rôles différents. La diversité est un atout, une richesse et non un danger. En recevant le baptême au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, nous recevons la faculté d’entrer dans l’intimité de Dieu. La grâce d’être des amis intimes de Dieu comporte aussi le devoir d’imitation dans nos relations humaines, des rapports qui existent entre les trois personnes divines. Avoir Dieu pour Père signifie tourner le dos à toutes les formes de discriminations et de divisions qui caractérisent nos sociétés, et qui sont contraires à l’essence divine qui est amour, bonté, patience, tolérance et miséricorde.

Puisse la fête de ce jour inspirer toutes nos relations humaines, nous entraînant à rechercher ensemble notre bien-être et notre épanouissement communs malgré notre diversité.

Amen. Amos BAMAL

SPIP | squelette | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0